Location: Places >> Europe >> France >> Ile-de-France >> PARIS >> 6 - Paris Culture (music, art, cinema, danse, festivals) >> Artist & Art lover's Paris
Login for full access to Couchsurfing Groups. Not a member yet? Join our community!

Jeudi 24 mai -Vernissage Omar Mahfoudi "Le Printemps Brûlé"
Posted May 21st, 2012 - 7:23 am by from Vincennes, France (Permalink)
Jeudi 24 mai -Vernissage Omar Mahfoudi "Le Printemps Brûlé"

Retrouvez toutes les infos de cet Fb Event et faites tourner :) Fb Link

Tanger, depuis le bref passage de Delacroix, se rêve en peinture, Mais que de mirages d'une lumière d'une parfaite pureté, que d'histoires à dormir debout sur une bohème d'huile et de pinceaux, que de vocations suscitées par autant de légendes en couleur.

Le nombre de peintres installés dans les murs de la cité du Détroit, fait qu'il est de la plus haute voltige que de pouvoir reconnaître un véritable artiste parmi toutes ces postures, ces imitations fantasmées, ces gloires fabriquées sous une bonne étoile.

Omar Mahfoudi est déjà un artiste au sens noble du terme, c'est-à-dire considérant l'art comme élément vital, utilisant la peinture comme seul langage, comme l'expression même du souffle. Ayant grandi dans la vielle ville, il n'a jamais tellement fixé le Détroit comme une promesse d'Eldorado. Cette mer, c'est avant tout le départ et le retour du père qui a pour métier de peindre et de repeindre les façades britanniques de Gibraltar. Il ramène du Rocher des échantillons en éventail de couleurs et livre ainsi à son rejeton aux yeux grand ouverts, les secrets de cette parfaite palette de nuances. Il sait bien sûr dessiner avant d'écrire, mais c'est un lot commun. L'école est un carcan trop étroit, et le temps s'y perd, si ce n'est pendant ces quelques heures d'Arts Plastiques ou enfin, il trouve matière à apprendre et comprendre. Ses premières paroles picturales sont une déclinaison de découpages de formes et de couleurs, inventant comme le Matisse de la fin de sa vie, la peinture aux ciseaux. Ce premier acte est loin d'être un ouvrage réfléchi mais le cri d'une première expression artistique. Prenant conscience d'un monde nouveau, il dévore tout ce qui a trait à la peinture, à l'histoire de l'art, aux techniques de ses pairs; se rêvant Picasso, marqué à blanc par l'homme et l'œuvre, ou Bacon pour la force de sa langue, l'éternel mouvement de son trait.

Un baccalauréat d'Arts Plastiques en poche, il s'adonne complètement à la peinture, à la recherche d'une expression propre qui l'allège des tabous qui l'assaillent, sa génération et la société marocaine qu'il provoque aussi pour mieux y affirmer son identité.

Sa peinture à l a violence d'une colère juste, réfléchie. Son rouge est de sang, ses traits acérés, ses allégories sans pudeur. Il est bien difficile de ne pas être profondément touché par la torsion des corps, l'humanité des êtres mi-hommes mi-bêtes qui peuplent ses toiles, par ces visages de douleur en couleur, aux regards figés jusqu'à l'incandescence. Livrant avec une rare honnêteté sa vision des multiples paradoxes de la société contemporaine, il appartient à cette génération d'artistes qui se réapproprie une liberté d'expression et de mouvement, laissant de côté les chemins prudents de l'autocensure.

Pierre Hamelin